Pourquoi un Contrat Territoire Lecture au Pays du Mené ?

Notre territoire du Mené historique, situé loin des sphères de décision et de diffusion culturelle majeures, a dû, au fil des années,  se doter d’outils à même de répondre aux attentes du tissu associatif,  des communes et des établissements scolaires qui en font sa richesse. C’est ainsi qu’est né en 1996 l’Office de Développement Culturel du Mené dont les missions prioritaires ont été initialement définies autour de la sauvegarde du Patrimoine, l’accès à la lecture, à la musique et au spectacle vivant sans oublier l’aide logistique à la vie associative dans sa diversité. La dynamique ainsi créée autour du livre a tout naturellement incité les élus à développer un réseau de bibliothèques/médiathèques qui s’est progressivement emparé de ce domaine en étroite collaboration avec les établissements scolaires.

L’ODCM a poursuivi sa montée en gamme année après année dans ce secteur classé en Zone d’Education Prioritaire (ZEP puis REP puis RRS) jusqu’à récemment, ce territoire accueillant aujourd’hui de nouvelles populations parfois très précaires et déracinées, le pays centre breton étant pourvoyeur d’emplois souvent peu ou pas qualifiés.

Pour beaucoup de celles-ci, l’accès à la lecture et encore moins à l’écriture demeure un objectif peu perceptible malgré le maillage des relais bibliothèques, dans un contexte où l’appétence scolaire n’est pas toujours une priorité familiale pour tous.

Force est cependant de constater que cette mission d’éveil reste encore prioritairement l’apanage des enseignants de nos écoles, regroupements pédagogiques et collèges qui doivent constamment relever le défi tout  comme quelques associations  telles « Lire et faire lire », trop rarement toutefois.

Ainsi, le lancement du Contrat Territoire Lecture dans ce contexte spécifique vient enrichir  l’existant en apportant à nos jeunes une ouverture sur le monde et l’imaginaire qui ne peut avoir que des retombées positives sur leur scolarité et leur devenir. La rencontre avec des écrivains.es va leur offrir ce bol d’air et va remobiliser les associations culturelles du territoire dans leur volonté d’accompagner ces publics sur le chemin de la connaissance, passage incontournable pour se forger une identité.

L’ODCM  est pleinement conscient de l’opportunité qui lui est offerte et entend bien porter cette démarche avec son riche réseau de partenaires.

N’est-ce pas là aussi l’affirmation d’une réelle volonté  de « lutter efficacement contre les inégalités spatiales en donnant plus à celles et ceux qui ont le moins » ?

Bon vent à Brigitte MOUCHEL pour cette première résidence.

Serge HAMON, Président de l’O.D.C.M.

Publicités